Main photo Grand débat national : 4 thèmes retenus pour animer la concertation

Grand débat national : 4 thèmes retenus pour animer la concertation

  • Par @CitoyensFrOff
  • 1396 vues

Le grand débat national donnera la parole aux Français sur quatre questions majeures : la transition écologique, la fiscalité, la démocratie et la citoyenneté, l'organisation de l'État et des services publics.


Un grand débat national : c'est l'une des propositions présentées par le président de la République, le 10 décembre, pour sortir de la crise des "gilets jaunes". En Conseil des ministres, le Gouvernement a retenu quatre thèmes pour animer cette concertation.

POURQUOI UN GRAND DÉBAT ?

Cette concertation d’ampleur nationale a pour objectif de redonner la parole aux Français sur l’élaboration des politiques publiques qui les concernent.

Il permettra “à chaque Français de faire part de son témoignage, d’exprimer ses attentes et ses propositions de solutions”, a fait valoir le Gouvernement dans le compte rendu du conseil des ministres.

Le grand débat s'appuiera notamment sur les mairies pour porter la concertation dans tous les territoires, au plus près des Français.

SUR QUOI PORTERA LE GRAND DÉBAT ?

L’organisation d’un “grand débat national”, annoncé par Emmanuel Macron lors de son allocution aux Français lundi soir, était à l’ordre du jour du Conseil des ministres du mercredi 12 décembre. Cette concertation s’organisera autour de quatre questions majeures :

  • Comment mieux accompagner les Français dans leur vie quotidienne pour se loger, se déplacer, se chauffer ?
  • Comment rendre notre fiscalité plus juste, plus efficace, plus compétitive et plus lisible ?
  • Comment faire évoluer la pratique de la démocratie et de la citoyenneté ?
  • Comment faire évoluer l’organisation de l’État et des services publiques pour les rendre plus proches des Français et plus efficaces ?

COMMENT VA S’ORGANISER CE GRAND DÉBAT ?

“L’idée générale de ce débat, c’est d’en faire un jardin à l’anglaise plutôt qu’un jardin à la française : il doit être foisonnant”, a expliqué Edouard Philippe dans un discours prononcé devant l’association Villes de France, mercredi soir. Pour ce faire, il devra prendre des formes très diverses : débats publics locaux, rencontres avec des Français sur leurs lieux de travail et de vie, groupes de réflexion participatifs ou encore recours aux plates-formes numériques et aux réseaux sociaux.

Avec cette approche, le Gouvernement entend utiliser “tous les moyens dont nous disposons aujourd’hui afin que personne ne se sente exclu de ce débat, que chacun puisse y participer à sa manière”, a affirmé Benjamin Griveaux lors du compte rendu du Conseil des ministres.

Pour coordonner cette grande concertation, la Commission nationale du débat public est mandatée par le Gouvernement. Présidée par Chantal Jouanno, cette autorité administrative indépendante a pour mission d’informer les citoyens et de faire en sorte que leur point de vue soit pris en compte dans le processus de décision. Les modalités d’organisation seront présentées le 15 décembre, avant de laisser la place à plus de deux mois de concertation jusqu’au 1er mars 2019.

Sur toute la période du débat, un collège indépendant sera chargé de s’assurer du bon déroulement, de la transparence et de l’authenticité des concertations. Par ailleurs, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) ainsi que les conseils économiques, sociaux et environnementaux régionaux (Ceser) participeront aux échanges, notamment pour formuler des propositions sur les thèmes proposés aux Français.

Enfin, le déroulement et les conclusions du grand débat sera suivi au plus près par le président de la République afin de “prendre le pouls de notre pays”, avait-il déclaré le 10 décembre dans son allocution officielle.


Posté dans Cause
@CitoyensFrOff
@CitoyensFrOff

Collectif Indépendant Asyndicale et Apolitique.

Publications recommandées