Main photo Everest : The Summit Of The Gods

Everest : The Summit Of The Gods

  • Par Kyu-chan
  • 999 vues

Titre Original : Everesuto : Kamigami No Itadaki  
Pays : Japon
Date de sortie : 12 mars 2016
Réalisateur :  Hideyuki Hirayama  
Acteurs : Hiroshi Abe, Pierre Taki, Shunsuke Kazama, Thilen Lhondup
Genres : Drame, Aventure
Durée : 123 minutes

Synopsis

Makoto Fukamachi est un photographe japonais qui découvre, un jour, un vieil appareil photo dans un petit magasin du Népal. Cet appareil pourrait répondre à la question de savoir si l'alpiniste George Mallory a pu atteindre le sommet du mont Everest, le 8 juin 1924. En recherchant l'histoire de cet appareil, Fukamachi va croiser la route d'un alpiniste légendaire, Joji Habu, dont la personnalité rugueuse l'a isolé du reste du monde.

Informations supplémentaires

Ce film est une adaptation de l'œuvre originale de Baku Yumemakura, dessinée sous forme de manga en noir et blanc par Jirō Taniguchi, tous deux auteurs japonais.

George Herbert Leigh Mallory, né le 18 juin 1886 à Mobberley, dans le comté de Cheshire, est un alpiniste britannique, aperçu pour la dernière fois le 8 juin 1924 sur la crête nord de l'Everest. Mallory est de toutes les reconnaissances de l'Everest. En 1921, il découvre la voie vers le col Nord et le sommet, porte le premier les yeux sur le versant sud de la montagne (le Népal est alors fermé aux Occidentaux), et baptise ce qui deviendra en 1953 la voie vers le sommet, West Cwm, imparfaitement traduit par combe Ouest. En 1922, il refuse encore l'emploi de l'oxygène, mais cela ne l'empêche pas d'être le premier à dépasser 8 000 mètres d'altitude, avec Sommerwell et Norton. Lors d'une nouvelle expédition britannique sur l'Everest, le 4 juin 1924, Norton, parti du camp VI, atteint l'altitude de 8 573 mètres, sans oxygène. Le lendemain, Mallory estime que la voie est ouverte pour une dernière tentative, avec oxygène cette fois, par la voie passant par le col Nord. Il choisit pour partenaire Andrew Irvine, étudiant bricoleur, un «gamin» de 22 ans sans expérience ett écarte le géologue Noel Odell, pourtant expérimenté et en pleine forme, au motif qu'Irvine a montré sa parfaite connaissance des appareils à oxygène. Leur compagnon d'expédition Noel Odell a rapporté les avoir vus à 12 h 50 dans l'ascension d'un des ressauts de la crête nord, et progressant fortement vers le sommet, mais aucune preuve n'a montré qu'ils ont effectivement atteint le sommet. Ils n'ont jamais rejoint le camp avancé et sont morts quelque part dans la montagne.

En 1933, Percy Wyn-Harris découvre, à 8 460 mètres d'altitude, un piolet qui aurait appartenu à Mallory ou Irvine. Le 1er mai 1999, une expédition américaine en partie commanditée par la BBC et Nova (une série télévisée scientifique) et organisée et dirigée par Eric Simonson, retrouve le corps de George Mallory, à l'altitude de 8 290 mètres sur la face nord de l'Everest. Sa dépouille, congelée et momifiée est très bien conservée. Un altimètre en cuivre, un couteau et des lunettes de neige intactes sont également retrouvées. Avant de quitter le site, l'expédition réalise une cérémonie anglicane pour l'alpiniste et laisse le corps sur place, le recouvrant avec des pierres. Aucun des deux appareils photo que les deux alpinistes avaient emportés avec eux n'a pu être localisé. Des experts de chez Kodak ont estimé qu'en cas de découverte d'un des appareils photo avec sa pellicule, ils seraient en mesure de la développer de manière à produire des images de qualité « imprimable ». Cela est dû à la nature de la pellicule utilisée, et à sa conservation dans un froid extrême. Les images tirées de ces appareils photo pourraient permettre de définir s'ils ont effectivement atteint le sommet avant de périr. En 2004, une nouvelle expédition est formée afin de trouver les appareils photo, mais sans résultats. Une troisième expédition a également échoué dans cette quête en 2005. La question du succès ou de l'échec de Mallory et Irvine restera sans réponse, à moins que des preuves ne soient retrouvées au cours d'une autre expédition de recherche, mais les chances de retrouver quelque chose s'amenuisent d'année en année.


En 1975, un alpiniste chinois du nom de Wang Hongbao a rapporté à un de ses compagnons japonais avoir aperçu un vieux corps d'alpiniste britannique, lors de l'expédition chinoise de 1960, près de l'endroit où fut ultérieurement retrouvé le corps de Georges Mallory. A priori, la position du corps telle que décrite par cet alpiniste chinois à son compagnon japonais (et avec toutes les difficultés de compréhension entre les deux hommes) ne correspondait pas à la posture dans laquelle fut retrouvé Mallory. De plus la mention d'une blessure à la joue ne correspondait pas non plus à l'état de la dépouille de Mallory (atteint notamment d'une grave blessure au front). Ironie de l'histoire, cet alpiniste chinois fut emporté par une avalanche et disparut dans une crevasse le lendemain de cette confession. C'est notamment sur ce témoignage que se basèrent les recherches de 1999 qui conduisirent à la découverte de Georges Mallory. Les différences constatées laissèrent alors à penser que non loin du corps de Mallory gisait Andrew Irvine, vu par l'alpiniste chinois en 1960. Mais aucune recherche ultérieure ne permit de le découvrir.

Mis à part les deux appareils photo manquants, deux détails remarqués lors de la découverte du corps de Mallory sont curieux, bien que non concluants en eux-mêmes :

- Tout d'abord, la fille de Mallory a toujours dit que son père portait sur lui une photo de sa femme avec l'intention de la laisser au sommet quand il l'aurait atteint. Cette photo n'a pas été retrouvée sur son corps. Étant donné l'excellente conservation du corps et des vêtements de Mallory, cette absence de photo laisse à penser qu'il a pu avoir atteint le sommet et y avoir déposé la photo.
- Ensuite, les lunettes de Mallory étaient dans sa poche lors de la découverte de son corps, ceci peut indiquer qu'il est mort de nuit, mais aussi qu'il avait retiré ses lunettes du fait du mauvais temps (la soudaine bourrasque de neige qui avait soustrait Mallory et Irvine aux yeux de Noel Odell ?). Peut être que lui et Irvine avaient fait un effort final pour atteindre le sommet et étaient en train d'effectuer la descente très tard dans la journée. Étant donnés l'heure de leur départ et le chemin suivi, s'ils n'avaient pas atteint le sommet, il est improbable qu'ils aient encore été en chemin à la tombée de la nuit.

Toutefois, il n'est toujours pas certain qu'ils aient atteint le sommet, ce qui serait une formidable réussite, 29 ans avant l'ascension de Hillary et de Tensing Norgay. Depuis le lieu où il est généralement admis qu'ils ont commencé leur ascension - bien que le photographe de l'expédition de 1924, Noel Odell, ait maintenu jusqu'à sa mort qu'ils sont partis d'un camp plus élevé - ils auraient mis environ onze heures. Ils disposaient de seulement huit heures d'oxygène (bien que cela dépende du débit, qui peut être modifié pour ne pas être utilisé à son maximum), ils ont pu se retrouver à court d'oxygène avant la fin de leur périple. Mais on ne peut écarter l'hypothèse selon laquelle le « bon soldat » Irvine se serait sacrifié pour son leader en lui remettant ses réserves d'oxygène pour lui permettre de terminer l'ascension. En tout état de cause, un élément déterminant serait la découverte d'un artefact laissé par les deux hommes au-dessus du second ressaut. Il est en effet impossible qu'une trace de leur passage au sommet ait pu subsister, alors que les zones rocheuses entre le 2e et le 3e ressaut ont pu conserver une preuve de leur passage.


Beaucoup de grimpeurs actuels expérimentés ne sont pas d'accord sur le fait que Mallory ait pu être capable d'escalader le difficile second ressaut sur la crête nord, qui se passe maintenant avec l'aide d'une échelle en aluminium placée par des chinois en 1975 pour esquiver la difficulté. Toutefois, Mallory est connu pour avoir surmonté un obstacle semblable dans le Nesthorn, et aucun de ses compagnons ne doutait de ses aptitudes et de sa motivation. L'alpiniste italien Reinhold Messner est quant à lui formel, estimant que les deux hommes ne pouvaient pas franchir le deuxième ressaut à cette époque : « D'abord c'était impossible de le franchir en chaussures à clous. Ensuite, en 1925, le meilleur grimpeur du monde en rocher était Emil Solleder. Il est le premier à avoir gravi un passage de sixième degré. Avec corde double, assurage sur piton, et chaussure d'escalade spéciales. Et à une altitude de 3 000 mètres, dans les Dolomites. Mallory, lui n'avait pas de pitons, il ne portait pas de bonnes chaussures ; et sa corde, une fine corde de soie, n'aurait pas tenu le choc même d'une simple chute de trois mètres. En 1924, il était impossible de franchir un sixième degré à 8 600 mètres d'altitude. À cette époque-là, personne ne serait passé. Et puis Mallory était intelligent. Il savait, en le voyant du bas, qu'on ne pouvait pas escalader le Deuxième Ressaut comme on escalade une falaise en Angleterre. »

Même si la preuve est un jour faite que Mallory et Irvine ont effectivement atteint le sommet de l'Everest, peu considèrent qu'il faudrait alors réécrire l'histoire pour leur attribuer la première ascension. Les montagnards s'accordent généralement sur le fait qu'une ascension victorieuse implique non seulement d'atteindre le sommet, mais aussi de redescendre en vie.

Pourquoi gravir l'Everest? «Because it is there», «Parce qu'elle est là». On a souvent résumé Mallory à cette réplique, lancée en 1923 lors d'une tournée de conférences aux États-Unis. On a cité et recité ce trait mystérieux. Fatalisme tranquille? Il est plus probable que le mot a été lâché comme une boutade, par un homme excédé de s'entendre poser la même question pour la millième fois. Et peut-on comprendre aujourd'hui, tant l'exploit sportif est devenu quelque chose de grave, ce que le trait comportait de détachement, d'humour britannique ? Il n'est qu'à écouter sir Francis Younghusband, l'un de ses pairs de l'Alpine Club, devant la Royal Geographical Society : «Gravir l'Everest ne sera pas plus utile que de taper dans un ballon de football ou de danser»


Kyu-chan
Kyu-chan

Rasbora-Fansub

Publications recommandées