Main photo S’instruire par la souffrance

S’instruire par la souffrance

  • Par Francesca
  • 863 vues

 

La formation d’un monde nouveau est un processus semblable à la naissance. Il apporte la joie et l’allégresse. Se renouveler, renaître, apporte à l’esprit humain une nouvelle impulsion vers un idéal plus élevé. Mais en même temps, il y a danger de tomber, d’être influencé par les mesquineries ordinaires de la vie qui proviennent de la basse conscience, encore animale, et de ne pouvoir comprendre et suivre les idées spirituelles et celles des Ecritures.

 

Cela peut dépendre de plusieurs facteurs : de la différence de construction du corps humain ; des possibilités du cerveau et de son activité ; de quelques traits hérités par atavisme, ou de la loi de réincarnation, ou du Karma.

 

La loi du Karma a été créée par l’homme lui-même, à la suite de la déviation de l’esprit humain hors de l’orbite de son chemin. Seule une pensée profonde et éclairée peut comprendre comment cette déviation s’est produite. Ce problème n’est pas pour les hommes-enfants, ni pour ceux qui sont trop occupés par les soucis de leur vie ordinaire.

 

Il y a dans l’homme quelque chose de divin qui le pousse, dans ses activités, vers une direction plus réelle qui veut l’assurer sur des bases solides. Tout homme venu sur la terre pense à s’assurer d’une façon ou d’une autre, plus ou moins réelle, selon l’état de conscience que lui donne cette impulsion intérieure.

 

Par le processus continu de renaissance, l’Esprit travaille sur ce qui, dans l’homme, est éternel et grand.

 

Celui qui obéit à ce puissant élan intérieur -de suivre le chemin du Divin en lui- et qui veut devenir un homme véritable, doit avoir deux qualités : être courageux et être humble.

 

L’aide d’en haut vous est nécessaire pour suivre ce chemin sans embûche. L’oreille du Seigneur est très sensible. Il perçoit et écoute toutes les prières qui sortent de notre coeur et qui sont faites avec humilité, pureté et vénération, qualités que chaque être spirituel doit posséder. Si vous priez Dieu, et qu’en même temps vos pensées sont accaparées par des idées passagères ou par la façon de tirer profit de vos semblables, votre prière ne sera pas exaucée.

 

Les conditions dans lesquelles l’homme se trouve aujourd’hui sont le résultat des trois grands principes, de différentes consciences qui agissent en lui, qui ont agi dans le passé, et qui continueront à se manifester dans l’avenir.

 

Le premier de ces principes est la conscience humaine primitive qui s’active pour adoucir l’élément dur de l’homme ; elle s’exprime par une ligne droite entre deux points : l’homme part de l’un, se dirige vers l’autre où il s’arrête, pensant avoir achevé son travail. Il ne s’occupe pas du monde extérieur avec ses conditions de développement de vie, cela ne pénètre pas dans sa conscience primitive.

 

Le deuxième principe s’élève de la conscience primitive vers la soi-conscience, ou conscience individuelle, qui se manifeste en surface. Les animaux ont la conscience ordinaire entre deux points, ils n’ont pas la soi-conscience. Quand l’esprit de l’homme sort des limites de la ligne droite et commence à se mouvoir en surface, il passe graduellement à l’état de soi-conscience.

 

De nos jours, l’homme, avec sa conscience individuelle, vit dans des conditions qui sont comparables à l’hiver. Son coeur est froid, son intellect est personnel et limité, il est renfermé en lui-même ; il pense, en priorité, à son propre intérêt, et il ne compte que sur lui-même pour résoudre tous les problèmes de la vie. Il édicte des lois pour améliorer l’existence. On lui prêche des enseignements, mais il lui manque l’ambiance chaude de la confiance de son entourage, si nécessaire pourtant à l’épanouissement de son âme.

 

C’est la vie de la soi-conscience. Elle a la conception du bien et du mal, mais la réalisation du bien est encore très limitée. Observez-vous. Observez vos contemporains, leurs relations, comment sont basés leurs rapports les plus sérieux et comment ils les résolvent.

 

L’homme s’instruit par d’innombrables souffrances. Il arrive peu à peu à l’idée qu’il doit y avoir d’autres moyens, d’autres conditions d’existence qui lui permettraient de résoudre ses problèmes de façon plus convenable et plus harmonieuse.

 

Un grand changement doit s’accomplir au fond de l’intellect humain.

 

Extrait des contenus sur le blog de Francesca - Alias

@francoise-salaün-forum-devant-soi.com

 


Francesca
Francesca

La manifestation de notre chemin intérieur.

Publications recommandées